Vous avez encore un jour pour aller voir l’exposition collective d’illustrations autour de la Nouvelle Orléans, dans le cadre de la sixième édition du Champs Elysées Film Festival, consacré cette année à la capitale de la Louisiane…

Lors du vernissage de l’expo, le 16 juin dernier, on pouvait boire des cocktails aux petits pois (oui, oui…) sur le magnifique rooftop du Publicis Champs Elysées.

Et en profiter pour découvrir une cinquantaine d’œuvres uniques, exposées et vendues durant le festival : elles intégreront ensuite la collection permanente de la Slow Galerie.

 Chaque année, depuis 2012, ce festival – premier et unique festival franco-américain de Paris, qui se veut « une passerelle entre les  cinématographies françaises et américaines » met à l’honneur une ville US, pour faire découvrir au public parisien ses différentes facettes culturelles.
Cette année, donc, la Nouvelle Orléans, berceau du jazz, du vaudou, de la sorcellerie, belle et festive avec ses carnavals et ses bars à cocktails, raffinée sous les balustrades et les porches colorés de son quartier français, affligée quand ses quartiers populaires furent balayés comme fétus de paille par l’ouragan Katrina en 2005 – l’un des plus puissants ouragans de l’histoire, qui imposa à la ville une reconstruction architecturale, mais aussi économique et sociale, de grande envergure…

Des artistes comme Daniel Lambert (le tramway ci contre) ou Cachette Jack (ci-dessous) ou Giacomo Nanni (ci-dessus) évoquent ses fameux tramways, ses jazzmen, ses maisons…

Après Virginie Morgand en 2016, c’est Lucille Clerc qui a réalisé l’affiche de cette sixième édition.

Les œuvres évoquent bien l’ambiance de la ville, pour qui a déjà eu la chance de la découvrir – et si ce n’est pas votre cas, vous pouvez en tout cas faire un petit voyage via l’expo mais aussi, bien sûr, à travers la programmation du festival : du Tramway nommé Désir au Bad Lieutenant, en passant par l’Etrange Histoire de Benjamin Button, la Petite ou la Féline, c’est l’occasion de voir ou revoir tous les grands classiques qui ont mis en scène cette fascinante ville et montré ses différents visages, ses mutations, ses changements sociaux et architecturaux à travers différentes époques… 

Quant au rooftop, qui vous donne l’occasion de redécouvrir aussi… les toits de Paris, il accueille tous les soirs une programmation musicale, à découvrir sur le site du festival.
Le lieu est magique, au septième étage de l’immeuble Publicis… au sein d’une étonnante et luxuriante végétation qui évoquerait presque la Louisiane , surtout par ces temps de canicule !
Publicités