Déjà une semaine demain… Petite rando dans les alpages au-dessus du village de Christine et Jean-Marc, mes amis helvètes, pour aller manger une fondue au sommet… Sont fous, ces Suisses ;)

P_20170603_185647

C’est un chemin qui semble ne mener nulle part…  Il poursuit la voie romaine qui commence dans la forêt, à la lisière du joli village de Ballaigues, et s’arrête tout net au milieu d’un pré… Il faut alors prendre son courage à deux mains, ou plutôt à deux pieds, pour continuer dans le pré qui monte, monte, monte… vers le haut de la montagne. Donc, on monte. En soufflant. Sous l’œil goguenard des vaches.

WhatsApp Image 2017-06-03 at 23.25.20

Elles font même mine de nous suivre, et leurs cloches moqueuses sonnent sonnent, derrière nous… Mais elles se lassent avant qu’on arrive au sommet : victoire ! L’heure de la fondue approche !

WhatsApp Image 2017-06-03 at 23.25.17

 

Le refuge d’alpage que nous atteignons se nomme les Cernys    : endroit très

 

convivial, que vient de reprendre un avenant et sympathique restaurateur.P_20170603_191740 Il s’est longtemps expatrié au Mexique, et s’est marié avec une Mexicaine, tout aussi sympathique que lui. Vous pourriez donc croire qu’ils vont vous proposer quelques fajitas avec la fondue. Que non ! En Suisse, on ne plaisante pas avec les traditions ! Il nous explique que dans les chalets d’alpage, il est hors de question – et même interdit – de proposer autre chose que des produits typiquement d’alpage… autrement dit, exit le guacamole, et bienvenue au gruyère (le vrai, l’unique, le gruyère suisse, celui qui n’a pas de trous; attention, ne confondez jamais gruyère et emmental devant un Suisse ;-))

Avec la fondue (excellente) on a droit au pain, mais attention, ici, on n’est pas en France, dans ces restos savoyards qui vous proposent le pain rassis déjà coupé en petits carrés. Ici, en Suisse, on rompt son pain (frais) soi-même. Et si on demande de la salade avec la fondue, on se trahit irrémédiablement : vous venez de Paris ? demande la serveuse en rigolant…

 

Oui, parce que malgré toutes ces règles non écrites,  on a bien rigolé quand même… et bien mangé! Les Suisses savent parfaitement (et délicieusement) nous faire avaler leurs immuables traditions; et même si on vous propose « un pot de thé noir » bien chaud pour accompagner la fondue (d’après les Suisses, ça fait digérer) cela s’accompagne sans chichis d’un bon petit vin blanc suisse (je trouve que ça fait bien digérer aussi) ! Et puis après, il y a aussi le digestif (au cas où le thé n’y suffise pas !) L’absinthe, c’est aussi la tradition suisse, comme toute une série d’eaux de vie… Bien dommage que le patron n’ait pas le droit de vendre son kirsch maison, qui doit surpasser celui dont « la patronne » arrose sa salade de fruits – en dessert, vous aurez le choix entre « salade de fruits normale » (juste les fruits), salade de fruits au kirsch, salade de fruits au kirsch vieux, et salade de fruits « de la patronne »… avec du kirsch… et de la crème – double, cela va sans dire – la fameuse double crème de Gruyère, pour une fois sans ses -traditionnelles- meringues ! Tant pis si vous préférez le chocolat, en alpage, même en Suisse, on n’a pas droit au chocolat; par contre, les fruits sont fraîchement coupés : pas de boîtes, ici, tout est fait maison -sauf le kirsch, donc, à cause de ces lois scélérates qui viennent embêter les bouilleurs de crus des alpages  !

Du coup, on peut envisager de redescendre la montagne… sans craindre la petite pluie qui commence à tomber !  P_20170603_190202.jpg

Bon, je vous rassure, vous pouvez aussi arriver aux Cernys par la route, en voiture… mais il faut l’avouer, la petite rando  (une heure environ) c’est bien agréable, ça ouvre l’appétit en même temps que de beaux horizons (superbe vue sur la vallée)… et ça déculpabilise à l’heure de manger la fondue : on l’a bien méritée, celle-là !

WhatsApp Image 2017-06-03 at 23.25.23.jpg

Publicités