L’expo s’achève aujourd’hui, au musée Paul Valéry de Sète. Et comme la grisaille s’est emparée de la ville ce week-end, courez-y pour trouver un peu de soleil…

IMG_20160225_170834.jpg

Topolino,  c’est le frère de Combas. Sans doute comme un clin d’oeil à son illustre aîné, dont le nom était lourd à porter, il s’est choisi un nom de Mickey (Topolino, petite souris en italien, c’est aussi le nom du personnage de Walt Disney…). Il n’a jamais étudié l’art – pour mieux se distinguer, tenter de prendre un autre chemin, sans doute… il a un DEA d’histoire contemporaine. Et pourtant, l’art l’a rattrapé. On n’échappe pas à son destin !

Sète consacre à cet enfant du pays une belle exposition qui réunit une quarantaine de vues de la ville. Toutes sont récentes : elles datent de 2015. C’est une commande de la ville, dont Topolino est devenu le « peintre officiel ». Il réinvente Sète, la magnifie, la colorise et l’italianise. Sur ces grandes toiles, les façades ocres et jaunes évoquent davantage les demeures génoises que les modestes maisons sétoises qui bordent le canal du Midi. « Toutes représentent ma ville, les toits de ma ville où dominent le gris », explique-t-il dans le dossier de presse. « Topolinorama pourrait s’appeler cette exposition, en fait ».

IMG_20160225_170900.jpg

Un regard original, un foisonnement et un éblouissement de couleurs : allez-y si vous êtes de passage à Sète, en cette période de vacances scolaires. L’expo se complète d’un amusant Bestiaire, en noir et sépia.

J’y étais jeudi, et il faisait beau, le ciel était clair, la mer était bleue, et en sortant du musée, le panorama qui se déroulait du haut du Mont Saint-Clair semblait vouloir rivaliser avec le « Topolinorama ».

IMG_20160225_164513

 

Mais depuis hier, le gris est mis, et aujourd’hui, Sète était prise dans la tempête.

Alors, si vous voulez un peu de soleil, prenez d’assaut la colline qui domine la ville : le mont Saint-Clair a accouché d’une souris… qui mettra de la lumière dans votre dimanche.

Topolino, oeuvres récentes : Sète-Bestiaire.

Musée Paul Valéry jusqu’au 28 février 2016, 10-18h, entrée tarif plein 8€.

 

Publicités