Son nom, c’est déjà un voyage. Sous les ors et lumières du Train Bleu, en contemplant les quais de la Gare de Lyon, vous vous sentez partir… ailleurs et en une autre époque, celle où prendre le train était le début d’une aventure.

IMG_20160218_222328.jpg

Certes, c’est excessivement cher.Dîner dans un monument historique (inauguré en 1901, classé en 1972) ça a un prix..  Au Train Bleu on n’est pas seulement dans un restaurant, mais aussi dans un véritable musée : rien moins que 21 tableaux, exécutés par des peintres renommés au début du 20ème siècle et représentant les paysages alors traversés par les trains, illustrent les murs; et 27 artistes français, dont certains Prix de Rome, ont contribué à la fastueuse décoration, lustres, dorures, sculptures, fresques…

Quand on paye 19 euros un « velouté de butternet, duxelle de champignons, sous un cappucino cannelle », c’est sans doute un peu excessif pour ce qui n’est jamais qu’un bol de potage, certes délicieux. Mais le prix est celui d’un lieu mythique autant que gastronomique. Non que l’assiette soit décevante, d’ailleurs… elle est succulente. Le dos de cabillaud accompagné de « pousses d’épinard croquantes et racines confites » est remarquablement cuit et remarquablement servi. Le gros baba au rhum arrive sur la table accompagné de la bouteille – à 18 euros le dessert, on mérite bien un petit digestif avec ! Et encore avons-nous mangé à la carte; le soir, le menu le moins cher est à 65 euros, le menu du Train Bleu à… 109 euros.

Pourtant, si vous êtes un amoureux des trains et des voyages, vous devez un jour pousser la porte du Train Bleu.  Rien ne vous oblige à y dîner, vous pouvez, pour moins cher, y déjeuner, voire aller y prendre votre petit déjeuner, ou tout simplement un café, en attendant votre train…. Qu’on s’assoie sur les banquettes capitonnées du restaurant, ou qu’on s’enfouisse dans les fauteuils profonds du salon de thé, on se sent aussitôt l’âme d’un voyageur distingué du début du siècle.

Et en contemplant, par les baies vitrées, la grande horloge de la gare et les quais de départ, on se prend à les imaginer grouillant de porteurs de bagages, de dames en capeline suivies de leurs malles, de messieurs galants leur cédant le passage à l’entrée du compartiment de ce fameux train Paris- Ventimille qui transportait l’aristocratie fortunée vers le Midi, et qu’on a rebaptisé le « train bleu »…th

Agatha Christie vous l’explique d’ailleurs très bien dans son roman du même nom – la reine du polar aimait les trains, comme chacun sait, puisqu’elle a situé l’une de ses intrigues dans l’Orient Express, l’autre dans le Train Bleu… et dans ce buffet de gare, sans doute le plus somptueux de France, vous n’avez aucun mal à croire qu’Hercule Poirot va venir s’asseoir à la table voisine.

Rêvez, rêvez… mais n’en ratez pas votre train : à notre époque, le TGV n’attend plus les voyageurs retardataires !

IMG_20160218_222100.jpg

Bar-restaurant Le Train Bleu, au cœur de la Gare de Lyon à Paris, tous les jours 7h30-22h

Publicités