Avant de visiter Istanbul, j’ignorais totalement cette curiosité locale : la pêche à la ligne dans le Bosphore, sur le pont de Galata… Est-ce par nécessité économique que tant d’hommes s’amassent au soir venu le long des rambardes, pour amarrer leurs cannes à pêche ? C’est en tout cas un spectacle singulier…

IMG_20151226_144201

Je me demande ce qu’ils peuvent bien pêcher dans cette eau certainement très polluée, en plein cœur du bruyant centre ville. Au vu du butin qui frétille dans les seaux en plastique, ce sont en tout cas de petits poissons – guère appétissants a priori… mais peut-être sont-ils très goûteux, peut-être leur réputation attire-t-elle ici tous ces pêcheurs vespéraux…

Ou peut-être ce fleuve est-il particulièrement poissonneux, peut-être  est-ce tout simplement un moyen facile d’arrondir les fins de mois, voire de gagner son poisson quotidien, en revendant la pêche du jour aux vendeurs ambulants qui font griller le même poisson, en contrebas du pont, ou aux étals des marchés ?

Ou même dans les restaurants – mais je doute que celui où nous avons dîné la veille, Hanedan, dont les trois étages (dont deux réservés au poisson !) surplombent le Bosphore, serve le poisson pêché ici… Il était en tout cas très bon, même si malheureusement frit dans l’huile plutôt que grillé…et les mezze délicieux.

IMG_20151224_205602

Bref… qui sait pourquoi cette pêche locale et urbaine a un tel succès ici ?

Ne parlant pas le turc, difficile d’engager la conversation – d’autant que sous tous les cieux et sur tous les fleuves, les pêcheurs parlent peu – ce n’est pas un loisir de bavards !

Mais le spectacle qu’ils offrent, tandis que le soleil se couche sur la ville, que l’ombre des mosquées  se profile sur les rives, compose un joli tableau.

Et la particularité du pont, c’est qu’il a deux niveaux : en-dessous, une galerie couverte avec des restaurants (de poisson !) surplombée… des fils de canne à pêche !

IMG_20151226_144519Que de sérénité…

Et pourtant, une quinzaine de jours à peine après notre retour d’Istanbul un attentat a ensanglanté Istanbul. Le  12 janvier , un kamikaze s’est fait exploser près de Saint-Sophie, parmi des touristes allemands qui, comme nous quinze jours plus tôt, admiraient la beauté de la ville.

20160112PHOWWW00495

Pauvres pêcheurs que nous sommes… Avons-nous mérité cette haine destructrice ?

Si seulement les hommes savaient se contenter d’aller à la pêche.

Publicités