Une soirée à -10°, en mars, dans le 18ème arrondissement parisien ? C’est possible, au Ice Kub, où j’étais invitée pour un événement presse. A découvrir… si on aime la vodka bien frappée !

Image

Dès l’entrée, le lieu est étonnant : au fin fond d’une ruelle un peu sordide du XVIIIème arrondissement se dresse à l’improviste l’auguste silhouette d’un ancien hôtel particulier… et un cube de verre géant dans sa cour intérieure, comme un glaçon tombé du ciel. Façade classique et intérieur design, l’établissement a réussi cet iconoclaste mariage, pas toujours facile à mener à bien, de l’ancien et du moderne. Comme tous les hôtels appartenant au groupe Murano, le Kube Hôtel affiche quatre étoiles bien méritées. Il possède son restaurant, chic, cher et branché… mais surtout son fameux bar de glace, le premier et unique à Paris – on sait que la mode, venue des pays nordiques, a fleuri dans plusieurs capitales européennes, et jusqu’au bord de la Méditerranée… au Kube Bar de Saint-Tropez, on peut désormais jouer à se congeler sous les palmiers, et transformer pour quelques instants la Grande bleue en glaciale Arctique… pas très écolo, tout ça !

Revenons à Paris, où c’est un peu moins incongru… mais quand même surprenant. Pour accéder au bar, il faut grimper sur la mezzanine du restaurant, par un escalier de verre aussi transparent que la glace (les jupes virevoltantes sont déconseillées…)

Avant de pénétrer dans ce congélateur géant qu’est le Ice Kub, on a droit à un petit discours d’introduction de la barman, sans doute autant destiné à nous faire frissonner par anticipation qu’à nous mettre réellement en garde contre les dangers de l’immersion dans la froidure (-10°).  Attention, attention… nous serons prévenus : la session doit durer vingt à vingt-cinq minutes, durant lesquelles on avalera autant de cocktails vodka qu’on le souhaite (ou qu’on le peut)… Quant à la barman, vêtue d’une robe du soir sans manches et décolletée, elle nous assure qu’elle est affligée d’une maladie rare qui maintient sa température corporelle, en permanence, à 39°… ce qui fait qu’elle ne souffre pas du froid. Info ou intox ? En tout cas,  la jeune femme n’a pas un frisson lorsqu’elle officie derrière le bar de glace où elle passe ses soirées aussi court vêtue qu’elle le serait à St Tropez.
Pour notre part, nous sommes engoncés dans de grosses doudounes et munis de gants, grâce auxquels nous pouvons tenir nos petits verres sans risquer les engelures…

Image

Au final, c’est une expérience amusante, sans doute un peu surfaite – on adhère mieux au concept lorsqu’il fait à peine plus chaud dehors que dedans… un ice bar dans les rues de Stockholm (où il fut d’ailleurs inventé…) ça paraît presque naturel; dans celles de Paris, ça prête à sourire. Mais on se prend quand même au jeu, dans ce beau décor où les jeux de couleur et de lumière nimbent la glace, et où on peut s’asseoir sur un banc (réfrigérant) dans un véritable igloo…

Image

En pratique :

Ouvert du mercredi au samedi de 19h30 à 2h00 (dernière séance à 1h30), 25€ la session avec 3 coctails
En ce moment, offre « Sessions givrées », à -20%
Renseignements et réservations: +33 (0)1 42 05 20 00

 

Publicités