Une merveille de petit restaurant bien de chez nous où tout, absolument tout, est fait maison… des plats succulents, une ambiance unique, l’amabilité de Nadine… et bien sûr, une belle sélection de crus bourguignons.

« J’ai passé vingt ans dans ma cuisine, je voyais rien d’autre… maintenant, je découvre le monde ! » raconte Nadine, personnalité haute en couleurs, passionnée par son métier. Tellement passionnée qu’elle faillit « déprimer »,dit-elle, lorsqu’elle sortit donc de sa cuisine pour faire son entrée en salle, à l’occasion de la création de son restaurant avec son compagnon, Laurent Degroote. Tous deux étaient chefs de cuisine depuis vingt ans dans des restos réputés de la région; ils rêvaient, bien sûr, d’ouvrir le leur… et l’ont fait malgré les (innombrables) difficultés.

Nadine nous présente ses plus précieuses trouvailles…

Lui, un Ch’ti exilé en Bourguignon, timide et introverti autant qu’elle est bavarde et loufoque, s’est absolument refusé à alterner le service en salles; Nadine semblait faite pour ça : elle présente et explique les plats avec une flamme et un enthousiasme qui font plaisir à voir… si nombreux sont les restaurateurs ronchons  !
Et même si on ne doute point de ses talents aux fourneaux, son compagnon y officie en toute discrétion mais avec maestria. Il fait parfois souffler un petit vent du Nord sur les plats typiquement bourguignons servis ici : presque rien, un tour de mains, un ingrédient, un grain de speculoos ou une pointe d’endive… mais cela ajoute une touche novatrice à la tradition locale qu’il connaît et maîtrise visiblement sur le bout des doigts.
Le coq au vin fond dans la bouche et la sauce, épaisse et parfumée à souhait, parachève la perfection de ce plat régional réalisé dans les règles de l’art – attention, le coq n’est pas un poulet déguisé, nous explique Nadine avec sa verve inimitable ! Et point de carré de chocolat pour noircir la sauce, qui n’en a pas besoin… elle a découvert il y a peu que certains cuistots usent de ce subterfuge, et s’en étonne encore  !
Les desserts s’avèrent souvent décevants au restaurant… pas ceux-ci. Ils dépassent nos espérances… avec mention spéciale pour l’exceptionnel sorbet au cassis maison ! Des arômes de sous-bois qui explosent en bouche, comme ceux du cru bourguignon dont Nadine nous offre gentiment un verre pour accompagner le dessert… puisque nous avons déjà fini notre bouteille !
Puis elle nous amène en cuisine, pour nous montrer les pieds de porc qui mijotent depuis des heures dans un bouillon… ils permettront de confectionner l’étonnante « tatin aux pieds de porc », une des spécialités de la maison, qui demande deux jours d’attentions et de délicatesse ! Ici, on sait prendre le temps de cuisiner; point de sous vide pour gagner de temps, pas de mets congelés et micro-ondés… et cela devient aussi rare et précieux qu’un Romanée Conti  !

Y aller…
Le Bistrot de Bacchus,
6 rue du Fg Madeleine 21 200 Beaune
bistrotdebacchus@live.fr
03.80.24.07.78
Surtout le week-end, il est préférable de réserver !
Publicités