Ici, les étoiles ne sont pas dans le Michelin, mais dans le ciel splendide, balayé par les vents du Languedoc tout le jour, pur et scintillant quand tombe la nuit. C’est l’heure où le Mont Saint-Clair s’illumine face à votre table, de l’autre côté de l’étang de Thau… Ici, pas de chichis de grands chefs, mais d’excellents poissons grillés, d’immenses plateaux de coquillages, et des huîtres de première fraîcheur… normal, le restaurateur est aussi ostréiculteur.

 

Sur l’étang de Thau, nombreux sont les producteurs d’huîtres qui ont ouvert leur stand de dégustation, leur guinguette estivale, leur resto sur l’eau. Mais on ne s’improvise pas chef cuistot… et quand le menu est correct, c’est souvent le service qui laisse à désirer. D’autres se veulent plus raffinés mais se poussent un peu du coude, profitant du cadre somptueux, de la proximité de l’eau, de la belle vue sur Sète, pour proposer des menus chérots qui n’en valent pas tant.

J’avais déjà testé, il y a plusieurs années, la Côte Bleue, réputé mais coûteux, et il y a deux ans, la Palourdière, bon et branché, avec un espace concert et cocktails, un piano bar, une superbe vue panoramique sur l’étang, mais des assiettes assez minimalistes pour un prix qui ne l’est pas.

Plus simple mais pas cheap, ce charmant petit resto, que j’ai découvert avec ravissement la semaine dernière, garde le goût de l’authentique. La terrasse au plancher de bois, joliment meublée, déco rustique mais tendance, s’ouvre sur les parcs à huîtres de l’étang. Les barques et les installations ostréicoles se fondent peu à peu dans la nuit, tandis que face à vous, le mont Saint-Clair s’éclaire…

Tout Sète s’allume, tandis qu’on vous amène de gigantesques plateaux de coquillages et huîtres, ou des assortiments de poissons grillés à la plancha.

Nous avons opté pour la parrillada : pour deux, un beau plateau comportant du loup  (ici, le bar s’appelle loup), de la baudroie (ici, la lotte se nomme baudroie); des seiches et des moules, des gambas et un magnifique steak d’espadon… le tout grillé à point, avec de l’ail, des herbes aromatiques et de l’huile d’olive… un régal pour qui aime le poisson et les saveurs méditerranéennes ! Il est particulièrement difficile de réussir la lotte : dans maints restaurants, qu’elle soit grillée ou plongée dans un court-bouillon et nappée de sauce, façon « bourride » (un plat typiquement sétois) elle arrive souvent élastique et caoutchouteuse, trop cuite ou pas assez… Ici, elle était remarquable : parfaitement moëlleuse et goûteuse, cédant sous la fourchette et fondant dans la bouche… un régal ! De même que la seiche : là encore, c’est un bon test, car le poulpe grillé peut facilement virer au chewing-gum dur à mastiquer; il était au contraire tendre et savoureux.
Un Picpoul de Pinet bien frais, à l’acidité maîtrisée, légèrement citronné, fruité juste ce qu’il faut, accompagnait tout naturellement ce repas : cette appellation est produite ici même, autour de l’étang de Thau, et trouve un accord parfait avec poissons, coquillages et crustacés. Celui-ci, un Beauvignac 2010, lauréat d’une médaille méritée au concours général 2011, venait des caves toutes proches de Pomerols .
Nous avons continué sur une note citronnée avec la glace du dessert et surtout, un excellent limoncello, digestif léger et rafraîchissant dont je raffole… nos restaurateurs auraient-ils des origines italiennes ? Possible, car nombreux furent les immigrants italiens venus s’établir dans le port de Sète – c’est bien pourquoi l’un des plats typiques de la ville se nomme « macaronade » – un simple et goûteux gratin de macaroni à la tomate !

En savoir plus

Restaurant Le Recantou de Bouzigues
Chemin de la Catonnière
34140 Bouzigues

Réservations au 06 17 69 28 52 ou 04 67 43 96 93

Publicités