Après quelques jours à Marrakech, on peut se fatiguer de l’agitation bourdonnante des souks, des rumeurs et des moteurs de la ville rouge. Alors, on suit la route de l’Atlas : à demi-heure à peine de la capitale se profilent ses sommets enneigés. Silence et calme absolu, mais aussi sensations fortes, vous attendent aux Terres d’Amanar.

Ici, vous pouvez vous aérer, vous ressourcer, mais aussi vous suspendre à un fil en plein ciel, entre deux montagnes… Je l’avoue, je ne l’ai pas fait. Sous prétexte d’une tenue inadéquate et du soir qui tombait, j’ai lâchement décliné la proposition qu’ont accepté de plus courageux journalistes (de vrais reporters, eux !)…
Je suis restée à les regarder, avec quelques confrères italiens aussi peu enclins que moi à aller se jeter dans le vide – cette tyrolienne est vertigineuse : c’est d’ailleurs la plus grande et la plus haute d’Afrique du Nord, souligne le propriétaire des lieux.
Pour y accéder, on emprunte d’abord un pont suspendu très étroit, oscillant au-dessus d’un gouffre de plusieurs mètres…. Passerelle branlante à la Indiana Jones qui vous mène à un câble tendu dans le vide, auquel vous vous accrocherez avec des mousquetons …Tous ceux qui ont essayé semblaient enthousiastes à l’arrivée, même si, à les voir filer à toute vitesse dans l’horizon en train de s’obscurcir, l’estomac m’en tombait dans les talons.
J’ai par contre apprécié la petite balade vespérale sur le site de notre « éco-lodge », qui s’étage sur 120 hectares.
Trois « villages » s’y déploient à leur aise, chacun correspondant à un style de séjour bien différent : bivouacs, tentes lodges et les tout récents lodges, à la décoration simple et raffinée, dans lesquels nous sommes hébergés.
Les villages berbères perchés sur les contreforts des montagnes alentours se fondent lentement dans l’obscurité, tandis que les lumières douces des bougies s’allument aux tables dressées pour le dîner sous les tentes chamarrées. Surplombant ce somptueux panorama, la piscine d’eau claire, naturelle, reflète les lumières de Marrakech clignotant au loin… A 37 kilomètres au sud, précisément.
La pluie soudaine, venant nous surprendre en cette fin d’octobre, oblige nos hôtes à déménager les tables à l’intérieur : c’est rarissime et plutôt bienvenu ici ! En témoigne le paysage aride que nous traverserons le lendemain lors d’une randonnée sur les sentiers alentours, en compagnie d’un botaniste : une balade commentée fort intéressante, proposée à tous ceux qui s’installent pour quelques jours.
Les Terres d’Amanar sont situées sur la route d’Asni, à Tahanaoute, aux portes de la réserve forestière du Toubkal et au pied des premiers contreforts du Haut Atlas.
Notre position dominante, sur un plateau de 100 hectares à 1 200 mètres d’altitude, nous assure une vue splendide, et le magnifique décor de terre rouge aux reliefs contrastés n’a pas échappé à l’œil aiguisé de John Huston : c’est ce lieu unique que choisit le cinéaste, en 1975, pour tourner les scènes essentielles de son film « L’homme qui voulut être roi » avec Sean Connery et Michael Caine.
Le créateur du site, Jean-Martin Herbecq, qui était patron d’une agence de communication parisienne dans une autre vie, a voulu défendre ici une architecture durable et parfaitement intégrée à son environnement. L’architecte marocain Mohammed El Anbassi a pensé le lieu en parfaite continuité avec le site naturel et les villages avoisinants. Il a privilégié l’ouverture vers l’extérieur et conservé la structure de l’habitat traditionnel berbère, avec ses patios et ses terrasses qui permettent de profiter pleinement et partout de la vue magnifique.
Chaque lodge est aménagé différemment, toujours dans le style berbère et avec des matériaux naturels, sobres et nobles – bois, pierre et pisé dominent. A l’intérieur, les tissus et tapis en lainage déploient leurs couleurs ocre, rouge ou beige. La robinetterie en cuivre, les sous-vasques et meubles de salle de bains sculptés en bois brut, les vastes cabines de douche en tadelakt, apportent un cachet traditionnel et authentique. Le décorateur marocain Rushdie Tizgui a travaillé avec les artisans de la vallée pour la ferronnerie, le travail du bois ou du cuir.
Les méthodes de construction traditionnelles et écologiques s’allient à des moyens permettant d’économiser l’eau, de la stocker et de la canaliser ainsi qu’à un système de compost, de recyclage et de tri sélectif et à un système d’arrosage des plantations par capillarité, traitement des eaux usées et stabilisation du sol grâce aux racines de vétiver, un système phytosanitaire venu d’Asie. Une démarche de certification et de mise en place d’un label de qualité environnementale et culturelle est en cours.
Les Terres d’Amanar se veulent « réserve naturelle d’énergie » pour les visiteurs qu’elles accueillent, avec pour ambition affichée de « favoriser le retour sur soi, remettre l’humain et la nature au cœur des projets, être un acteur d’un développement touristique respectueux et durable pour tous, en priorité pour cette région rurale et ses habitants, totalement associés au projet. » Lequel a obtenu l’année dernière le Trophée du Tourisme Responsable du Maroc.

En pratique

Ce que vous pourrez faire sur place, en famille :

Tyroliennes, ponts suspendus, Accro-Park et parcours VTT; espace enfants, piscines, parcours santé, piscines, randonnées pédestres, à dos d’âne ou à cheval ; ateliers de cuisine ou d’initiation à l’artisanat local ;  bowling berbère, tir à l’arc, polo à dos d’ânes, fauconnerie… ou simplement… savourer un thé à la menthe à l’ombre des amandiers, face au sommet de l’Oukaïmeden !

Encadrement des activités par des sportifs de haut niveau et par des animateurs de la région diplômés et formés au Maroc et en France. Activités spécialement adaptées aux enfants, avec ou sans leurs parents au choix de ces derniers (animaux, chasses aux trésor, ateliers de fabrication du pain, etc.) ainsi qu’aux ados (terrain de soccer, parcours VTT, parcours aérien…) Soirées astronomie, stages de yoga ou de sophrologie.

Forfait activités pour la durée du séjour, plus de 12 ans : 58 euros, moins de 12 ans : 40 euros.

Où vous pourrez loger :

En bivouac si vous rêvez de nuits à la belle étoile dans le désert et que votre budget est serré (Bivouac en tentes khaima : 25 euros par personne, petit dej inclus, minimum 4 personnes et sur réservation)
En tentes lodges, parfaites pour les familles et les groupes d’amis : c’est une véritable hôtellerie de plein air, chaque tente traditionnelle (installée sur un sol en dur) est meublée d’un grand lit et d’un coin enfant à deux lits ( Tente Lodge 2/4 personnes 88€ petit déjeuner inclus)
En lodges d’une ou deux chambres plus un vaste salon (pouvant être utilisé en chambre supplémentaire), chacun disposant également de son propre patio ou petit jardin (Lodge : chambre + salon 2/4 personnes 142 euros, petit déjeuner inclus.)

Prestations d’hôtellerie haut de gamme. Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans partageant le même hébergement Réduction de 50% pour les enfants de moins de 12 ans logés dans la même catégorie d’hébergement

Où manger :

Repas sous les tentes Khaimas face à la montagne, dans le restaurant traditionnel ou dans le restaurant gastronomique (cuisine traditionnelle, tajines de viande ou de légumes, grillades, salades de légumes frais, galettes et pain berbère…) . La jeune chef marocaine Waafa Saïdi a récemment rejoint l’équipe pour apporter sa touche de modernité à cette cuisine ancestrale. Supplément 1/2 pension par personne : 14 euros,  pension complète par personne : 25 euros

Y aller :

Via Air France, Royal Air Maroc, Transavia, Easy Jet, Jet for You, Corsair ou via tour opérateur : Donatello, Nouvelles Frontières, Voyageurs Solidaires, etc.
À partir de Marrakech louer une voiture ou emprunter le bus N° 35 au départ des Jardins de la Koutoubia jusqu’au Terminus de Tahanaoute; navette sur réservation auprès de Terres d’Amanar.

Domaine d’Amanar – info@terresdamanar.com Réservation au 00 212 (0) 5 24 43 81 03 ou GSM 00 212 (0)6 61 76 21 08

Publicités