C’est un resto fabuleux, que j’ai découvert récemment lors d’un voyage de presse dans la capitale portugaise. La vue est panoramique, le cadre est somptueux… mais le contenu de votre assiette et de votre verre sont trop captivants pour vous laisser distraire !

Cet établissement portugais, où officie un chef allemand qui a travaillé en Espagne et en France, dans une déco zen d’inspiration japonaise… surpasse bien de mes souvenirs gastronomiques hexagonaux !
Les mérites du métissage ? Ici, on réussit encore à étonner les palais blasés de journalistes gâtés, qui ont le privilège (honteux, je l’avoue !) de se faire inviter dans d’excellents restaurants… et parfois même chez des chefs étoilés comme celui-ci !
Des étoiles, le chef Joachim Koerper en a côtoyé beaucoup avant d’avoir la sienne, puisque les précédents établissements où il a travaillé (notamment, le Savoy ou l’Ambroisie, à Paris) en totalisaient 14  ! Et son précédent restaurant, en Espagne, a été décrit comme le meilleur du pays par un célèbre guide gastronomique.
Il pratique une cuisine largement inspirée par les produits locaux, notamment de la mer – et il sait les mettre en valeur sans les dénaturer : pas d’expériences moléculaires, pas de sophistications inutiles, pas de transformations esthétisantes et spectaculaires, mais de l’innovation dans la simplicité – et la simplicité n’est-elle pas, en cuisine comme en mode, le résultat le plus difficile à atteindre ?
J’ai pour ma part dégusté une salade tiède de saumon cru, nappé d’une sauce beurre blanc au gingembre : un régal. Le plat  qui a suivi était toutefois plus inventif – je n’en avais jamais goûté et n’y goûterai sans doute jamais plus. Il s’agissait d’un « mille-feuilles de perche avec duxelle de champignons ». Je ne suis pas du tout amatrice de poissons de rivière, d’ordinaire, aussi la première bouchée m’a d’autant plus agréablement surprise : elle fondait délicieusement dans le palais, dans un mélange d’arômes boisés. La préparation étagée, une couche de pommes de terre en purée, une couche de champignons très finement concassés, mêlés au poisson, dans une sauce brune, évoquait un peu le parmentier de confit de canard… en plus léger. Pour l’accompagner, Aveleda Follies : un vin blanc léger, sec mais sans trop, légèrement frizzante. Le déjeuner s’est conclu par d’excellents fromages portugais et de délicieuses mignardises.
Si vous allez à Lisbonne… je ne peux donc que vous conseiller, si votre porte-monnaie vous le permet, de passer par la case onze !

En pratique :

Eleven, A partir de 39€ pour le « Menu Express » proposé tous les jours à midi.
Rua Marquês de Fronteira, Jardim Amália Rodrigues, T. 21 3862211, 11@restauranteleven.com
Un autre excellent restaurant de Lisbonne :
 
 Le Tagide, dans la même catégorie (prix élevés, vue et cadre d’exception, cuisine haut-de-gamme). On voit la mer… et on déguste une excellente cuisine traditionnelle.

Y aller :

Pour ma part, j’ai emprunté la compagnie Aigle Azur, dont le Portugal est une des destinations phares – et qui, malgré une grève surprise des contrôleurs aériens au retour, nous a mené à bon port, tout en nous tenant informés – c’est dans ces circonstances qu’on se félicite de n’être pas venu en low cost – c’était la panique au comptoir EasyJet ! A partir de 90€ l’aller simple si on réserve assez tôt.

Publicités